Qu'est ce que la candidose?

La candidose 

Les candidoses sont des maladies insidieuses, pratiquement inconnues il y a 50 ans, mais qui touchent actuellement des millions de personnes dans le monde. Non traitée, cette affection peut s’étendre et détériorer progressivement et gravement la santé en contribuant à l’ affaiblissement du système immunitaire.


Selon des statistiques et des études menées dans le monde entier, l’infection chronique par Candida frappe entre 70% et 80% de la population mondiale. Dans les derniers 15-20 ans on a pu observer une remarquable augmentation de beaucoup de pathologies psychosomatiques, et de plus en plus de manifestations de l’infection par Candida. Différents facteurs sont responsables de cette situation, et en particulier l’alimentation moderne dégradée, trop raffinée et trop sucrée, l’utilisation exagérée des antibiotiques, l’abus de remèdes pour le système nerveux central (tranquillisants, somnifères), la pilule contraceptives, les remèdes contre l’ulcère (cimetidine…) une concentration de plus en plus importante de métaux lourds comme le cadmium ou le mercure (amalgames dentaires, poissons polluées, pollution de l’air, de l’eau…), l’utilisation dans le domaine alimentaire de conservant et colorants, l’utilisation sans limites des pesticides, herbicides et antibiotiques dans l’agriculture, etc, etc…

Principaux symptômes visibles de l’infection.

Les symptômes sont de 4 types :

digestif, énergétique, immunitaire et mental.

On trouve :

des colites intestinales avec gaz, ballonnements, démangeaisons anales, diarrhée, constipation.
– une fatigue progressive et inexpliquée avec sommeil médiocre et récupération insuffisante.
– des allergies aggravées (cutanée, respiratoire ou alimentaire) et des mycoses.
des troubles du comportement alimentaire : alcoolisme, boulimie, envies de sucre (chocolat, gâteaux…), de graisses saturées (charcuterie, fromage…) et de boissons alcoolisées
– problèmes gynécologiques : champignons vaginaux répétitifs (pertes blanches et démangeaisons), inflammations glandulaires (glandes Bartolin) kystes et endométriose; cystite et infections rénales
– problèmes de peau : eczéma, seborrhée, psoriasis, acné, champignons aux ongles, aux pieds
– problèmes respiratoires : asthme, bronchite;
– des troubles du comportement : dépressions, anxiété, fatigue chronique, maux de têtes,
troubles du sommeil (difficulté d’endormissement), de la concentration (mémoire, volonté en baisse) et de l’humeur (irritation, inquiétude, agressivité, insatisfaction…),
– problèmes d’oreilles, de thyroïde,
– douleurs articulaires et musculaires

Les causes :

Les candidoses sont dues à un champignon de type levure, dont le plus commun est le candida albicans.
Cette levure vit normalement en saprophyte dans l’intestin humain ou animal en se nourrissant de matières organiques en décomposition. Elle est généralement sans danger, tant que l’équilibre bactérien qui contrôle sa multiplication n’est pas altéré. Dans certaines conditions pourtant, elle peut se multiplier de manière excessive et envahir tout l’appareil digestif (bouche, intestin, anus). Après dissémination par voie sanguine, elle peut même se propager dans tout l’organisme (bronches, peau, vagin, etc…) sous forme de muguet ou de mycoses.

Normalement, le « Candida » n’est pas un ennemi. Il habite le système digestif et y vit en symbiose. C’est sa prolifération et son « évolution » qui le rendent pathogène

Cette prolifération de levures est rendue possible en raison d’une altération du « terrain biologique », qui entraîne une défaillance du système immunitaire.
 

Les principales causes responsables sont :

– les médicaments oxydants : antibiotiques dont beaucoup font une consommation excessive mais aussi corticoïdes, pilule, chimiothérapie, transfusions sanguines et la plupart des vaccins !
– les aliments oxydants : sucre blanc, pain blanc à la levure, pâtisserie industrielle, friture, fromage gras, viandes grasses, huiles raffinées, levures et champignons…
– les boissons oxydantes : eaux d’adduction chlorées et stérilisées et certaines eaux minérales, toutes les boissons instantanées ou celles à base de jus de fruits ou de cola et certaines boissons alcoolisées.
– les stress (physiques, énergétique, émotionnels et affectifs) et les pollutions (électromagnétiques, chimiques, électriques…) ont une répercussion oxydante par création de radicaux libres. Ils agissent en neutralisant les électrons.
– mais également : empoisonnement due aux amalgames de mercure dentaire, empoisonnement chimique au foyer (produits ménagers), au bureau (les célebres VOC – Volatils Organiques Composés), de l’environnement auprès des fermes et des usines chimiques etc., les drogues récréatives, le stress (facteur seulement contributoire) et surexposition aux EMF’s endommageants (champs électriques et électromagnétiques) : lignes électriques de haute tension, fours micro ondes, téléphones portables, etc…

Le traitement médical classique repose sur l’utilisation de 2 antibiotiques antifongiques, mais n’a qu’une action locale et transitoire puisqu’il ne s’attaque pas à la cause réelle, et ne fera que créer des foyers d’infestation chronique.

Mais QUI EST LE CANDIDA ?

Quand on parle de candidose, on parle presque toujours de « candida albicans », car c’est le plus courant, mais il en existe d’autres.

 

Le candida « est un petit morceau de sucre vivant ».

 

Dans les conditions normales, la levure vit en commensale sur les muqueuses de notre système digestif (bouche, oesophage, estomac, intestins) . Il n’y provoque aucun trouble, il s’y trouve en très faible quantité, et fait partie de la flore normale de l’intestin

 Le candida possède un dimorphisme dans sa forme pastorienne LEVURE <—————> MOISISSURE
 Le développement de la forme agressive se fait à partir du sucre qu’elle transforme en alcool, puis en aldéhyde (neurotoxique)
 En quantité « normale » elle vit en symbiose avec l’organisme, en excès, elle devient nocive par imperméabilisation des parois intestinales,
La forme moisissure (mycélienne) est la forme parasite pathogène. Elle est capable de traverser la muqueuse digestive et de passer dans la circulation lymphatique et sanguine.

Il est capable de perturber l’équilibre de la flore intestinale en détruisant les bifido bactéries. Il devient ainsi responsable d’indigestion, de mauvaise haleine, de gaz, de ballonnements, de diarrhée, de spasmes de l’intestin, de démangeaisons anales.
Il peut se développer dans les muqueuses ou il est responsable d’inflammation de la bouche, de la gorge, des yeux, du vagin, du nez, des voies urinaires, des ongles et de la peau (responsable d’eczéma, de psoriasis et d’acné)
Il peut se transformer en une forme mycélienne agressive, capable de pénétrer dans les muqueuses gastro-intestinales, jusqu’aux vaisseaux sanguins et lymphatiques.

 

Symptômes et pathologies :

On trouve d’abord des troubles digestifs chroniques :

Ballonnements
Gaz
Flatulences
Crampes intestinales
Perturbation du transit
Pyrosis
Régurgitations acides

Intolérances alimentaires (ne pas confondre avec les allergies alimentaires)

Troubles neurovégétatifs par carences minérales

Spasmophilie

Troubles nerveux

Dépression
Migraines

Allergies par perturbation de l’immunité humorale

Urticaires
Eczémas
Asthmes et Rhume des foins

 

Faire le test !

le questionnaire suivant est un outil de dépistage très utile afin de découvrir si un sujet est susceptible d’être porteur d’une candidose chronique. (Dr Ph. G. BESSON)

A / Histoire clinique 

Pour chaque question à laquelle vous répondez « OUI » vous notez le chiffre indiqué dans la colonne de droite.

1

Avez-vous pris des tétracyclines ou d’autres antibiotiques pour traiter un acné pendant plus d’un mois? 25

2

Avez-vous déjà pris, ne serait-ce qu’une fois dans votre vie, un antibiotique à large spectre pour traiter un problème urinaire, gynécologique, respiratoire ou autre, pendant une période de 2 mois ou plus, ou pendant de plus courtes périodes, mais plus de 3 fois dans une année? 20

3

Avez-vous déjà pris un antibiotique à large spectre, ne serait-ce qu’une seule fois dans votre vie? 6

4

Avez-vous, à une période quelconque de votre vie, été géné par une prostatite persistante, une vaginite, ou une quelconque affection de l’appareil génito-urinaire ? 25

5

Avez-vous déjà été enceinte une fois ? 3

6

Avez-vous été enceinte deux fois ou plus ? 5

7

Avez-vous utilisé une pilule contraceptive pendant une période de 6 mois à 2 ans ? 8

8

Avez-vous utilisé une pilule contraceptive pendant une période supérieure à 2 ans ? 15

9

Avez-vous pris de la cortisone pendant une période inférieure à 15 jours ? 6

10

Avez-vous pris de la cortisone pendant une période supérieure à 15 jours ? 15

11

Les odeurs fortes, les parfums, les insecticides provoquent-ils chez vous des réactions faibles ? 5

12

Les odeurs fortes, les parfums, les insecticides provoquent-ils chez vous des réactions fortes ? 20

13

Les symptômes dont vous souffrez sont-ils accentués par temps humide, ou dans des endroits humides ? 20

14

Présentez-vous ou avez-vous déjà souffert de mycose unguéale ou inter-digitale ? 20

15

Ressentez-vous souvent le besoin de manger du sucre ? 10

16

Ressentez-vous souvent le besoin de manger du pain ? 10

17

Ressentez-vous souvent le besoin de boire de l’alcool ? 10

18

La fumée du tabac vous dérange t’elle ? 10

B / Symptômes principaux:

Si vous présentez un ou plusieurs des symptômes suivant, inscrivez en face de chacun d’eux :

      • 3 points si le symptôme est occasionnel ou peu marqué
      • 6 points si le symptôme est fréquent ou marqué
      • 9 points si le symptôme est sévère et aliénant

1

Fatigue .

2

Coups de pompes .

3

Faiblesse de la mémoire .

4

Sensation de « planer » .

5

Dépression .

6

Sensation d’engourdissement, de fourmillement, de brûlure .

7

Douleurs musculaires .

8

Faiblesses musculaires ou paralysies .

9

Douleurs et/ou enflures des articulations .

10

Douleurs abdominales .

11

Constipation chronique .

12

Diarrhée .

13

Enflures, gonflements .

14

Pertes blanches, leucorrhées .

15

Brûlures et démangeaisons vaginales .

16

Prostatite .

17

Impuissance .

18

Diminution ou perte de la libido .

19

Endométriose .

20

Dysménorrhée, règles douloureuses et irrégulières .

21

Syndrome prémenstruel, tension mammaire avant les règles .

22

Points noirs devant les yeux .

23

Vision trouble, floue .

C / Autres symptômes :

Si vous présentez un ou plusieurs des symptômes suivant, inscrivez en face de chacun d’eux :

      • 1 point si le symptôme est occasionnel ou peu marqué
      • 2 points si le symptôme est fréquent ou marqué
      • 3 points si le symptôme est sévère et aliénant

1

Somnolence .

2

Irritabilité ou « peurs » .

3

Manque de coordination .

4

Difficultés de concentration .

5

Variabilité de l’humeur .

6

Maux de tête .

7

Perte de l’équilibre, vertiges .

8

Sensation de pression sur les oreilles .

9

Démangeaisons (besoin de se gratter le milieu du dos…) .

10

Eruptions (urticaire, eczéma, ragades, dartres …) .

11

Brûlures dans la région du coeur .

12

Indigestions .

13

Eructations, gaz intestinaux .

14

Selles avec mucus .

15

Hémorroïdes .

16

Bouche sèche .

17

Eruptions ou cloques dans la bouche .

18

Mauvaise haleine .

19

Arthrite et/ou gonflement des articulations .

20

Congestion nasale, écoulement nasal .

21

Ecoulement nasal postérieur .

22

Démangeaisons du nez .

23

Bouche sèche et endolorie .

24

Toux .

25

Douleur ou resserrement au niveau de la poitrine .

26

Respiration sifflante ou respiration courte .

27

Mictions fréquentes et urgentes .

28

Brûlures mictionnelles .

29

Vue faible .

30

Brûlure des yeux et/ou larmes .

31

Otites fréquentes, sérumen abondant .

32

Douleurs des oreilles ou surdité .

Le score total obtenu permet d’orienter le diagnostic vers une éventuelle candidose chronique :

    • Il y a pratiquement certitude de la présence d’une candidose chronique si le score obtenu est d’au moins 180 pour une femme, et 140 pour un homme. 
    • Une candidose chronique est très probablement présente lorsque le score obtenu est d’au moins 120 pour une femme, et d’au moins 90 pour un homme. 
    • Une candidose chronique peut être présente lorsque le score obtenu est d’au moins 60 pour une femme, et d’au moins 40 pour un homme. 
    • Avec des scores inférieurs à 60 pour une femme, et inférieurs à 40 pour un homme, les troubles présentés ne semblent pas liés à une candidose.